La Fondation médicale ouvre une galerie d’art

fondation-medicale-galerie-art
Une cinquantaine d’œuvres seront exposées dans la galerie d’art aménagée dans le jubé des Trésors de la Fondation.

Sans cesse à la recherche de nouvelles idées pour maximiser les investissements en santé et satisfaire la population, la Fondation médicale des Laurentides et des Pays-d’en-Haut innove encore en aménageant une galerie d’art.

Cette galerie d’art voit le jour dans le jubé de l’ancienne église de Fatima et sera ouverte dès ce vendredi 30 avril à l’intérieur du fameux magasin Les Trésors de la Fondation. Une cinquantaine de toiles et lithographies y seront exposées et prêtes à trouver preneurs. « Ça devient une intéressante suggestion cadeau pour la Fête des mères qui approche ainsi que la Fête des pères au mois de juin », souligne Daniel Desjardins, directeur général de la Fondation.

Prendre rendez-vous

À noter qu’il faut prendre rendez-vous pour visiter la galerie d’art et y dénicher sa parle rare. La procédure est simple puisqu’il suffit de communiquer avec Benoît Meyer au bureau administratif de la Fondation au 819-323-4565 ou via courriel à benoit@fondationmedicale.com

L’exposition sera constamment renouvelée et le prix des œuvres sera fort abordable. Donc, tout le monde pourra s’en procurer selon son budget.

Comment la Fondation peut-elle réussir ce tour de force ? Parce que la Chambre de commerce et de tourisme de la Vallée de Saint-Sauveur lui a fait un don de plus de 450 œuvres qu’elle avait elle-même reçues de la part de la Banque Laurentienne.

« Je remercie chaleureusement la Chambre de commerce pour ce don exceptionnel et je félicite l’équipe des Trésors de la Fondation pour l’aménagement remarquable de la galerie d’art qui va épater les visiteurs à coup sûr », mentionne Daniel Desjardins.

Ce dernier rappelle que la pandémie ne ralentit pas les ardeurs de la Fondation qui continue plus que jamais de S’ENGAGER POUR LA SANTÉ. « Nos investissements se poursuivent aux quatre coins de notre territoire de 32 municipalités », termine Monsieur Desjardins en rappelant que l’achat d’une œuvre d’art, comme tout achat aux Trésors, se transforme en don direct pour la santé, NOTRE santé.